Quel chauffage pour moins polluer ?

Les équipements de chauffage sont souvent sources de pollution. Les appareils qui fonctionnent avec de l’énergie fossile sont les plus critiqués. Il se trouve qu’à la combustion, le fioul peut dégager une forte quantité de carbone (CO2). Mais le chauffage au bois présente aussi des inconvénients. A priori, il libère des particules fines dans l’air. Or, le bois est considéré comme une énergie propre et renouvelable. Une question se pose alors : quelle solution faut-il adopter pour avoir plus de confort chez soi tout en préservant l’environnement ?

Miser sur un chauffage au bois et la technique de l’allumage inversé

Actuellement, de nombreux foyers se chauffent au bois. Les gens sont surtout séduits par l’efficacité du combustible et son coût très abordable. C’est la source d’énergie la moins onéreuse du marché. Il n’y a rien de mal à opter pour un chauffage au bois. Toutefois, il faut le rendre plus écologique grâce à la technique de l’allumage inversé. Mais c’est quoi au juste? En fait, c’est un concept simple qui consiste à changer un peu les règles.

D’habitude, on allume le feu en bas de la pile de bois. Cette fois, il faut l’allumer en haut. Bien entendu, il est nécessaire de bien disposer les bûches en plaçant les plus épaisses en bas et en prenant soin de les espacer assez. Il faut aussi poser quelques morceaux de bois tendre et sec au-dessus de la pile de bûches.

L’allumage inversé permet une combustion progressive du bois. Du coup, il y a moins de fumées, donc, moins d’émissions de particules. Le chauffage devient moins polluant. Par ailleurs, avec la technique d’allumage inversé, il est possible de contrôler la combustion du bois. Cela vous permet de faire un peu d’économie et d’optimiser le rendement du chauffage.

L’application de la technique facilite également l’entretien de l’équipement thermique. En effet, grâce à la lenteur de la combustion, le chauffage ne produit pas trop de cendres. Ainsi vous n’êtes pas obligé de décrasser fréquemment le conduit et le foyer.

Opter pour le poêle en bois

Décidé de remplacer votre vieux chauffage ? Un poêle à bois est un choix judicieux. C’est un chauffage écologique qui garantit un rendement élevé. Il est surtout efficace en tant que chauffage d’appoint. Toutefois un poêle de masse ou à granulés peut couvrir entièrement les besoins en chaleur d’un habitat.

En remplaçant une vieille chaudière avec un tel appareil thermique, vous allez réduire votre empreinte écologique, c’est-à-dire votre taux d’émission de CO2. Par ailleurs, un poêle à bois est un chauffage économe en énergie. Il a besoin de peu de combustible pour chauffer la maison.

D’autres points forts de ce type d’appareils : son autonomie et sa performance. Si vous optez pour un poêle doté d’un label Flamme Verte, vous pouvez bénéficier d’un rendement optimal de 70%. Notons aussi que c’est un chauffage écologique qui consomme peu de bois de combustible. Ainsi, son achat est financé par diverses aides étatiques comme le crédit d’impôt.

S’armer de quelques équipements pour consommer moins

Si vous ne voulez pas investir dans l’achat d’un nouveau chauffage, sachez qu’il est possible de réduire votre consommation d’énergie grâce à un entretien régulier et un bon réglage de l’appareil existant. Ce geste simple permet de réduire de 5% à 10% du combustible utilisé. Notons qu’une chaudière au mazout a besoin d’un entretien annuel tandis qu’un modèle au gaz est à entretenir tous les 3 ans. Les chauffages de plus de 15 ans ont même besoin d’un diagnostic réalisé par un expert.

Sinon, divers dispositifs d’économie d’énergie sont désormais disponibles. C’est le cas du thermostat programmable. Il permet une mise en marche automatique de la chaudière lorsque la température ambiante est en baisse. Grâce à un tel appareil, il est possible de réaliser entre 15 et 25% d’économie d’énergie.

Le résultat promet d’être intéressant si on associe au thermostat d’ambiance des vannes thermostatiques. Grâce à ces dispositifs, vous pouvez effectuer un réglage personnalisé de la température dans chaque pièce de l’habitat. Il est entre autres possible de régler à 19°C la température ambiante dans le salon et à 16°C celle dans la chambre à coucher.

Il y a aussi les sondes extérieures compatibles aux chaudières à condensation. Elles vous permettent de contrôler le fonctionnement du chauffage en fonction de la température extérieure. Enfin, n’oubliez pas d’isoler les tuyaux pour éviter les fuites de chaleur.